• 6 avril 2017

La Chronique de Bill – 1er avril 2017

La Chronique de Bill – 1er avril 2017

La Chronique de Bill – 1er avril 2017 373 373 bill

Mais qu’est-ce que c’est que cette équipe ? Tout le monde est en vacances ou quoi ? Ou alors c’est un poisson d’avril ? On aligne un ancien, un inconnu et un bébé. Bon, d’accord, l’ancien, c’est Serge, qui est enfin rafistolé et fait son retour. L’inconnu, je le connais, je l’ai déjà vu dans le maillot de Cédric et le voilà dans celui de Max. Et le moustique qui s’échauffe là-bas, tout en orange comme notre gardien, il doit avoir seize ans depuis hier. Il est d’une souplesse incroyable, ce gamin, il nous fait un grand écart latéral et quand il est debout, il peut lever ses pieds à hauteur de sa tête. Je me demande juste si on va les faire monter sur le terrain, nos trois doublures.

Ça commence. Baz et Cédric ont l’air en forme, ça leur fait déjà six buts à eux deux et on joue depuis dix minutes. En face, ils annoncent un “t-shirt” mais j’ai pas trop compris ce que c’est. De toute façon, même avec des dessins, des flèches, des croix et tout ce qu’on veut, j’ai toujours pas capté la différence entre un bac à sable, une espagnole et un iceberg. Alors le t-shirt des voisins, n’en parlons pas. Notre coach réclame justement un de ces trucs mais il a même pas le temps de finir sa phrase que c’est but pour nous. Et de l’autre côté, Simon nous multiplie les arrêts du pied. Va falloir lui mettre des coquilles dans ses godasses sinon il finira par se briser un orteil. En face, un minot perd le ballon mais son coach est quand même content : “C’est bien gamin, continue” qu’il lui dit. Au quart d’heure, v’là le rafistolé qui monte et bam, il marque. Scritch, scritch, j’ai jamais entendu le ballon coller aussi fort. Ça doit être pour ça qu’il y a des passes et des tirs qui n’arrivent pas exactement où on aurait voulu. 23e minute, entrée de NéoMax. Ben oui, il s’appelle Max, il est dans le maillot de Max, au poste de Max, mais ce n’est pas Max. Ceci dit, il est vraiment pas manchot à l’aile et nous fait une jolie roucoulette.

Deuxième mi-temps. Notre moustique-gardien a pris place devant les buts et bam, il arrête le premier tir. C’est trop bien pour lui, ça va le mettre en confiance et on sait qu’un gardien en confiance, ça peut faire des perf’ de malade. Aïe, Baz vient de se prendre un ballon sur le nez. L’arbitre interrompt le jeu mais ça a l’air d’aller. On en est à 29 buts et apparemment, personne ne veut marquer le 30e, ça fait quatre fois qu’ils tirent sur le gardien. Finalement, c’est Baz qui se dévoue. Il reste un quart d’heure et derrière moi, Lucas-clavicule-recollée se marre : “Bill, tu vas pas échapper au 40e ce soir”. Trois minutes plus tard, on en est à 35. “Ça se rapproche, Bill, ça se rapproche”. Pendant ce temps, Serge nettoie les toiles d’araignée, NéoMax nous offre des buts avec plongeon et glissade sur le ventre comme je les aime et Luc arrête tous les ballons. Il est terrible ce môme. Super-concentré, très attentif, il lit à merveille les trajectoires et nous sort douze ballons. Vachement performantes, les trois doublures !

On a gagné, largement, et j’ai offert la tournée du 40e pour la première fois de la saison. Avec autant de plaisir qu’en ont eu mes Bleus sur le terrain.

Bill

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour faciliter votre navigation.
En savoir plus